Prenons soin d'Eux !

de Océane DUBOIS-WAGNER

Santé  Solidarité 
0 vote

"Nous voulons distribuer aux étudiants de Metz des produits d’hygiène et d’entretien et faciliter l’accès à nos 2 vestiaires solidaires."

Ville

METZ

Qui porte le projet ?

Caritas Moselle est une association créée en 1906 sur Metz. C'est un acteur de l'action sociale, grâce à ses deux vestiaires solidaires, Caribout'chou pour les 0-3 ans et le Vestiaire Saint-Martin pour les 4 ans et plus. Ces deux structures offrent aux personnes en précarité, familles, enfants, sans-abris, personnes âgées et étudiants, la possibilité de se vêtir, de recevoir des produits d'hygiène, du matériel de puériculture et pour les 0-3 ans de l'aide alimentaire et des jeux d'éveil.

En savoir plus

https://www.facebook.com/Caritas-Moselle-1166990880005447/

 

Le projet

Notre projet se base tout d’abord sur un diagnostic établi après des recherches personnelles et appuyé par de nombreuses sources médiatiques et universitaires. Il se décline sur les 3 précarités suivantes : la précarité menstruelle, la précarité hygiénique et vestimentaire et la précarité liée à la parentalité.

Diagnostic

Partant du constat, depuis le début de la crise sanitaire actuelle, que les étudiants connaissent une précarité grandissante, nous nous sommes demandés comment nous pourrions aider ce public.
En effet, notre association Caritas Moselle œuvre depuis de nombreuses années pour apporter une aide, notamment vestimentaire, aux personnes avec peu ou pas de ressources, ce qui inclut aussi les étudiants. Cependant, cette population reste très minoritaire parmi nos bénéficiaires.
Nous avons donc, depuis 3 mois, essayé de faire connaître notre association auprès des étudiants pour pouvoir en aider le plus grand nombre via ce que nous proposions déjà : les services de nos 2 vestiaires solidaires. Dans ce cadre, nous sommes nouvellement en partenariat avec FEDELOR, Fédération Etudiante de Lorraine, et son projet solidaire AGORAE, implanté sur le campus de Metz.

Nous avons en parallèle commencé à proposer des produits d’hygiène car nous savons que ces produits coûtent chers dans le budget d’un étudiant.

La Précarité menstruelle

En France, 2 millions de femmes seraient victimes de précarité menstruelle (Règles Elémentaires, 2021). Les lycéennes et les étudiantes post-bac sont les premières touchées par cette précarité (Jeanne Stemard, 2021). Sur Metz, bien que les données soient compliquées à obtenir, nous avons pu établir qu’il y aurait au moins 160 étudiantes déjà bénéficiaires de l’AGORAE, qui sont en demande de protections hygiéniques, uniquement sur le campus du Saulcy. A titre informatif, une étude menée auprès des étudiantes de Poitiers a relevé que 31 % des étudiantes estiment avoir besoin d’une aide pour se procurer des protections hygiéniques (AFEP Poitiers, 25 août 2020). Malgré la baisse de la TVA sur ces produits, le coût reste important pour un budget d’étudiante (120 €/ an). Face à ce coût important, il semblerait que 10 % des femmes doivent renoncer à changer de protections hygiéniques aussi souvent qu’elles le devraient. Cela a de graves conséquences allant jusqu’au choc toxique chez certaines. Au-delà de ces aspects sanitaires, cette précarité menstruelle participe aussi de l’inégalité hommes-femmes au niveau de l’éducation, car des jeunes femmes ne peuvent pas assister à certains cours par manque de protections hygiéniques (Justine Benoit, 2021). Il apparaît donc que les établissements scolaires et universitaires sont des lieux à privilégier pour proposer des protections périodiques, pour éviter un absentéisme contraint et permettre aux étudiantes de rester concentrées sur leur apprentissage autant que leurs camarades masculins (Patricia Schillinger, 2019).
L’idée de proposer des protections périodiques gratuites en libre-accès via des distributeurs, notamment dans les établissements scolaires, semble avoir émergée au sein du gouvernement (Justine Benoit, 2021), et sera mis en place à la rentrée 2021 selon les dernières déclarations du ministre de la Santé le 23 février dernier. Des distributions ont déjà été faites
Ponctuellement en région comme à Rennes ou en île de France.


Les Produits d’hygiène et d’entretien

Nous avons également constaté que les besoins en produits d’hygiène étaient importants chez les étudiants. Les étudiants aimeraient avoir accès gratuitement aux produits d’hygiène de première nécessité suivants : du savon, du shampoing, des brosses à dents, du dentifrice, du déodorant. D’autres produits comme de la lessive et du liquide vaisselle seraient également appréciés de ceux-ci.

L’association Agorae qui est quotidiennement au plus proche des étudiants, nous a confirmé que ce besoin était bien réel. Nous avons notamment appris que certains étudiants étaient obligés d’utiliser le savon pour les mains disponible dans les sanitaires de l’Université. Un phénomène aussi constaté au niveau national.

Une étude a également démontré que l’estime de soi et la précarité hygiénique sont intimement liées, et de facto, que la précarité hygiénique influence négativement l’insertion sociale (Dons Solidaires, 2019). Une autre, menée par FEDELOR en 2020 évalue à 17 € le budget mensuel pour les produits d’hygiène soit l’équivalent de 17 repas pris dans les restaurants universitaires.

Les étudiants jeunes parents

En 2016, il y avait environ 74 000 étudiantes-mères en France, ce qui fait qu’1,6 étudiants sur 1 000 était alors parents de jeunes enfants (Célia Garcia, 2016). 4,5 % de la population étudiante a au moins un enfant. (Joséphine Lebard, 31 janvier 2020)
Ainsi sur Metz, après nos échanges avec AGORAE, nous avons pu nous rendre compte de cette situation particulière de certaines étudiantes jeunes mamans en situation de précarité. Celles-ci rencontrent, en plus des difficultés évoquées précédemment, d’autres difficultés liées aux dépenses induites par leur(s) enfant(s). Elles manquent de produits d’hygiène pour bébé (couches, savon, crèmes), de produits alimentaires spécifiques aux jeunes enfants et de matériel de puériculture (poussettes, lits pliables...etc). De plus, les dépenses liées à l’habillement sont importantes, la croissance rapide des tout-petits implique un renouvellement régulier de leurs vêtements.

Le projet

Au vu de ce diagnostic général et de l’état des lieux de ces précarités étudiantes sur Metz, nous voulons proposer à notre échelle, ce qui nous semble être la meilleure solution : La distribution de kits de protections lavables, de serviettes hygiéniques jetables ainsi que de produits d’hygiène et d’entretien. Et faciliter l’accès à nos 2 vestiaires solidaires sur Metz.

La distribution de protections périodiques

Nous avons choisi les serviettes hygiéniques car ce type de protection est celui qui semble convenir au plus grand nombre de femme.

Les protections hygiéniques lavables sont une solution économique (qui dure dans le temps), écologique (les protections hygiéniques « classiques » contenant du plastique), et non néfaste pour la santé.

De plus, il nous faudra également proposer des serviettes jetables : si nous ne voulons pas exclure des étudiantes souvent étrangères, qui ne sont pas familiarisées et/ou à l’aise avec les protections périodiques lavables, il faut aussi que cette alternative soit possible.

Nous avons également choisi de distribuer ces protections périodiques directement sur le campus de Metz. Les lieux d’études sont le meilleur endroit : pour ne pas manquer de cours, pour éviter « la honte » de devoir aller demander et pour toucher le plus grand nombre. Notre partenaire AGORAE dispose d’une épicerie solidaire sur le campus de l’île du Saulcy près du centre-ville de Metz. Une distribution pourra se faire aussi sur le campus de Bridoux, au technopôle, un quartier périphérique de la ville.

Elle se fera à compter du mois de mai et jusqu’à la mise en place par le Gouvernement et les ministères concernés d’une distribution gratuite sur les campus à la rentrée 2021, comme il a été annoncé très récemment. Une distribution étalée dans le temps nous semble la meilleure solution, d’autant plus concernant les protections hygiéniques lavables, car cela permettra aux étudiantes de se renseigner avant d’opter pour ce type de protections.


La distribution de produits d’hygiène

Caritas Moselle est déjà partenaire de l’association Atelier 17.91. Elle nous fournit de manière irrégulière en fonction de ses approvisionnements des produits industriels destinés à la destruction pour défauts mineurs (packaging …). Ces dons sont précieux, mais ils ne couvrent pas l’ensemble des besoins. Ils ne nous garantissent pas un apport régulier en produits d’hygiène indispensables comme les gels-douches, les shampoings, la lessive, les brosses à dents, le dentifrice

Il nous faudrait donc pouvoir acheter ces produits de première nécessité, en fonction de ce qui nous manque. Nous pourrons les offrir aux étudiants via des dons réguliers que nous déposerons à l’épicerie solidaire AGORAE.

L’accès à Caribout’chou pour les jeunes parents étudiants

Concernant les jeunes mamans étudiantes, notre association dispose déjà d’une structure dédiée, Caribout’chou vestiaire pour les 0-3 ans qui peut les aider de manière globale. Outre les vêtements pour les tout-petits, nous proposons, gratuitement, aux bénéficiaires des couches, du lait infantile, des petits pots, ainsi que du matériel et, parfois, des produits comme du savon, de l’huile pour le corps, du lait hydratant pour bébé.
Accueillies par une équipe composée de personnes d’expérience dans la petite-enfance, des puéricultrices ou sage-femme, ces jeunes mères pourront ainsi recevoir des conseils sur la nutrition, l’éducation, l’éveil. Chaque mère peut ainsi venir tous les mois au vestiaire et accompagner de manière sécurisée le développement de son enfant.

L’accès au vestiaire Saint-Martin

De même pour les étudiants, l’accès au vestiaire Saint-Martin leur offre la possibilité de se vêtir quasi gratuitement ou moyennant une participation symbolique. Ils peuvent ainsi venir 4 fois dans l’année et profiter des vêtements selon les saisons. Le vestiaire est ouvert tous les jours de la semaine et 11 mois dans l’année. Il est situé près du centre-ville de Metz à un quart d’heure à pied du Campus du Saulcy et il est bien desservi par les bus de la Métropole. Depuis début février et la communication relayée par AGORAE, nous constatons que les étudiants et étudiantes viennent plus nombreux au Vestiaire Saint-Martin.

Objectifs

Grâce au soutien de la fondation Smerra et de l’Agitateur, de la DDCS de Moselle (Direction départementale de la Cohésion Sociale) et du CCAS de la ville de Metz (demandes en cours), nous avons pour objectifs d’aider 500 étudiants et étudiantes messins et lorrains sur la partie distribution de protections périodiques, de produits d’hygiène et d’entretien. Pour la partie d’aide aux étudiants et jeunes parents notre objectif est d’aider 50 jeunes couples ou mères isolées.

A terme, ces actions permettraient également à notre association d’être plus connue du public étudiant et, nous l’espérons, d’en accueillir plus dans nos locaux. Le fait de pouvoir proposer des produits d’hygiène de première nécessité, toute l’année, en plus de l’aide vestimentaire que nous proposons déjà, ferait de notre association un lieu permettant à ces populations étudiantes souvent précaires d’améliorer leur image de soi et ainsi de se sentir plus à l’aise parmi les autres et au sein de la société.

Ce projet, s’il veut aider les étudiants en situation de précarité à avoir un accès facilité aux produits d’hygiène, et s’il s’inscrit donc dans un but d’amélioration de la santé et des conditions sanitaires des étudiants, aidera également à lutter contre les inégalités et contribuera à l’insertion sociale des personnes aidées.

Communication

Pour informer les étudiants et étudiantes de notre projet et de la possibilité pour eux, de recevoir ces produits d’hygiène, nous travaillerons sur plusieurs axes :
• Par les réseaux sociaux et les associations étudiantes qui y sont présents, notamment les groupes Facebook. La communication digitale s’appuiera sur celle déjà en place d’AGORAE et par la nôtre en complément,
• Nous travaillerons avec Radio Campus, dont l’audience auprès des étudiants permettra de toucher d’autres publics,
• Nous utiliserons aussi des affiches et flyers disposés sur les campus et dans l’épicerie solidaire d’AGORAE.


Calendrier

Novembre 2020 – Février 2021 : établissement du diagnostic, mise en relations avec les partenaires
Mars avril 2021 : validation des partenariats, préparation
Mai 2021 : mise en place du projet
Fin septembre : fin de la distribution des protections périodiques
Fin mai 2022 : fin de la distribution des kits d'hygiène et d'entretien


RETOUR À LA PAGE D'ACCUEIL